Somnolence au volant : influence de l’alimentation sur la vigilance du conducteur

15.07.2019 / Sécurité routière, Vidéos

En France, la somnolence au volant est la première cause de mortalité sur autoroute, impliquée dans 1/3 des accidents mortels. Différents facteurs agissent sur la somnolence comme la déprivation de sommeil, la consommation d’alcool ou de médicaments ou encore l’environnement du véhicule (température, bruit…). Si l’alimentation est également connue comme un facteur d’influence, jusqu’alors, aucune étude n’avait permis de démontrer concrètement l’impact de l’apport nutritionnel sur la vigilance au volant.

L’association Attitude Prévention dévoile les résultats de la première étude française sur simulateur homologué de conduite montrant le lien entre alimentation et vigilance. Cette étude a été menée avec le docteur Frédéric Saldmann, cardiologue et nutritionniste, et le professeur Fabrice Bonnet, médecin endocrinologue, auprès d’automobilistes en situation réelle de conduite grâce à un simulateur. Elle a évalué les risques d’hypovigilance après le repas (phase post-prandiale), après un jeûne séquentiel, un repas normal ou hypercalorique.

Le constat :

  • La somnolence au volant est la première cause de mortalité sur autoroute, impliquée dans 1/3 des accidents mortels.
  • La somnolence est rarement évoquée dans les campagnes de prévention.
  • La somnolence entraîne des périodes de micro-sommeil de 1 à 4 secondes : 4 secondes, c’est 150 mètres parcourus si on roule à 130 km/h (Source IFSTTAR).

Des dangers sous-estimés :

Une étude Attitude Prévention menée par OpinionWay en 2018 révélait déjà que 52 % des parents ont déjà conduit en étant fatigué. Près de 3 conducteurs sur 10 sous-estiment les effets de la fatigue sur leur conduite.

Parmi les raisons invoquées :

  • 55 % ont l’impression de gérer la fatigue.
  • 18 % pensent que s’arrêter ne changera rien.

Des causes multifactorielles :

Les causes de la somnolence peuvent aussi être dû à plusieurs facteurs. La déprivation de sommeil, la consommation de certains médicaments, l’environnement du véhicule et le statut nutritionnel du conducteur en font partie.

Les conseils

Voici quelques conseils à mettre en pratique avant de prendre la route des vacances et pendant le trajet:

  • Se nourrir correctement et s’hydrater.
  • Partir reposé : éviter les nuits trop courtes ou les horaires décalés.
  • Éviter les heures où le risque de somnolence augmente (entre 13h et 16h et entre 2h et 5h).
  • Se relayer entre conducteurs pour alterner les périodes de repos et de conduite.
  • Faire des pauses de 15-20 minutes toutes les 2 heures.
  • Pas d’alcool avant et pendant le trajet.
  • En cas de prise de médicaments, vérifier leur compatibilité avec la conduite.

A visionner

Somnolence au volant : influence de l’alimentation sur la vigilance du conducteur